2015 : Unique!

2015

Le génie du lieu
Son évocation déchaîne les passions les plus folles, les plus insensées !
Avais-je alors écrit lors de la sortie du millésime 2005 en novembre 2007. Aujourd’hui, dix années plus tard, le millésime 2015 suscite la même obsession :
L’avenir de l’humanité serait-il plus rose à travers le prisme d’un 2015 ? *

Il faut bien reconnaître, l’aura de ce 2015 qui ne cesse de s’amplifier est sans doute justifiée. Il est évident que son caractère est unique. Unique, au sens étymologique, c’est-à-dire, UN, rare et singulier. Cet Unique parfait ou vif argent, lié à Mercure (tout comme la vigne) chez les alchimistes, serait-il la voie qui conduit à la transmutation ? Pourtant, loin de la passion que ce millésime déclenche à sa seule évocation, sa naissance fut des plus sereine et équilibrée. Rien ne vint, en effet perturber l’accomplissement minutieux des gestes vignerons, la nature se montra des plus généreuses et ce fut avec beaucoup de plaisir et de joie, à peine dissimulée que nous accueillîmes ces superbes raisins.Tout commence par un hiver doux et plutôt bien arrosé. Cette réserve hydrique hivernale si nécessaire, fut par la suite au cours de la saison, des plus utile, tant le climat fut chaud et ensoleillé. Il nous faut en effet, remonter à 1947 voire 1921, pour rencontrer de telles conditions.
Du soleil et du vent! Souffle de l’esprit génial du millésime!
Les sécateurs ne sont définitivement rangés qu’à la fin du mois de mars et ce début de saison serein, permet à nos petits bourgeons de montrer leur pointe verte dès la deuxième quinzaine du mois d’avril. A partir de cette date, la nature s’accélère, la vigne « chaudoie*2» En quelques semaines, nos vieux pinots, aidés par des pluies judicieusement tombées le 1er mai (près de 50 mm à Gevrey) s’étalent et se développent de façon exponentielle. La végétation prend alors une sérieuse avance et met à rude épreuve les  valeureux vignerons. Fort heureusement, les accolages et les relevages se succèdent avec une facilité déconcertante. La floraison soutenue temps sec et venteux s’enclenche rapidement et ne dure que quelques jours. Cette rare homogénéité que notre retrouverons au moment des vendanges est l’une des marques du millésime. Le mercredi 3 juin la fleur est « passée ». Cette année les grappes pendront bien avant la Saint Jean*3! Les ordons*4 sont maintenant bien rangés, mais cette chaleur persistante nous fait craindre une nouvelle sécheresse… Inquiets nous scrutons le ciel, faut-il croire en la puissance de la pensée ? Nos vœux sont exaucés, et le 15 juin, une pluie aussi salvatrice qu’abondante vient arroser la côte. Ces conditions idéales facilitent notablement nos tâches de vigneron. Cependant, la présence insidieuse du perfide oïdium vient ternir ce tableau  idyllique … Heureusement, la réalisation des traitements classiques et biodynamiques, se trouve simplifiée par conditions météorologiques idéales et incroyablement ensoleillées*5. Les vignerons sont aux avant-postes et cet infâme champignon est bien vite défait.Juillet et août seront de la même veine… cette sécheresse que l’on aurait pu craindre, n’affecte pas nos petites vignes. Il faut voir là sans doute, l’un des effet les plus tangible de notre approche. Les labours et les préparations biodynamiques pratiqués depuis plus de 20 ans,  permettent en effet, de faire plonger profondément les racines dans leur terroir afin d’y puiser leur substance. Les prémices de la véraison sont constatés dans les «Chapelle» dès le 22  juillet, les grains changent vite de couleur, et nous annonce une récolte précoce.
Lumineuse et rayonnante, cette liane si joueuse qu’est la vigne a su profiter de ces successions d’épisodes heureux, elle s’est développée et a rêvé ses raisins, reflet de leur lieu d’origine et du temps de leur préparation.  
Vendredi 4 septembre, veille des vendanges, le ciel est au beau fixe, et décidément rien ne vient perturber le bel ordonnancement de ce millésime. Les raisins sont d’un bleu magnifique, tellement beaux et sains que nous hésitons à préparer la table de tri. Délicatement mis en cuve, certaines cuvées ne seront composées que de grappes entières !Les jus ne tardent pas à nous impressionner, ils sont colorés, riches et véritablement enivrants…Ces vins maintenant en bouteilles, continuent à nous émerveiller, ils possèdent de surcroît cette capacité à nous relier et nous invitent au partage.
Aujourd’hui, nous en sommes sûrs, le vin, notre vin, qui aime la paix et l’harmonie, trouvera à travers ce millésime, l’expression la plus pure, la plus juste du génie de son lieu.

“Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence.”

William Shakespeare
Le Roi Lear

* « Rien ne fait voir l’avenir couleur de rose comme de le contempler à travers un verre de Chambertin.» Alexandre Dumas *2 terme utilisé par les vignerons de Gevrey pour désigner le développement visible des bourgeons sur le fil de taille. *3 «grappes pendantes à la Saint Jean»: sentence de la côte bourguignonne.*4 un rang de vigne en patois de Gevrey. *5 +147 heures par rapport aux moyennes décennales.

Content

Contactez nous

Tel:03 80 34 30 40
Fax: 03 80 51 86 34
Email: message@trapet.fr

53 Route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin

Mentions légales | Réalisation : Rouge Cerise