2009

Une année solaire

Lumière et générosité

Le soleil, avec toutes ces planètes qui gravitent sous sa gouverne, prend encore le temps de mûrir une grappe de raisin, comme s’il n’y avait rien de plus important.
Galilée

Après un millésime 2008, dont la naissance ne fut pas des plus facile mais dont les vins nous surprennent aujourd’hui, les vignerons espéraient, rêvaient pour 2009, d’un peu plus de sérénité dans les vignes. Aujourd’hui, ne masquons pas notre joie, la naissance de ce millésime surpassa de toutes nos espérances. Oui vraiment, les dieux nous ont comblé. La succession d’événements climatiques, suffit-elle à traduire, à expliquer la réussite de ce millésime? Ensemble, sondons les profondeurs de sa genèse.
En premier lieu, il faut garder à l’esprit que la Bourgogne se situe, à la confluence, au carrefour de cultures multiples, et de climats variés! Le vigneron dans son geste doit composer avec ces influences. 2009 ne déroge pas à cette règle. Facétieux, il sut dès sa naissance instiller le doute dans notre esprit, tant la météo fut marquée par de multiples sautes d’humeur. Certes le climat fut globalement chaud, mais cette impression masque de nombreuses périodes où nos nerfs furent mis à l’épreuve. Les traitements et les préparations biodynamiques se succédèrent alors, à un rythme frénétique. En fait, le grand beau temps durable et persistant se fit attendre, et n’arriva véritablement qu’à la mi-août. C’est a partir de cette période que nous fûmes véritablement sûrs de la géniale destinée de ce 2009.
Cette maturité lente lui conféra sans doute, un équilibre rare et une grande générosité!
Sa naissance:
Du déjà vu? Au printemps, tout comme nous le notons de plus en plus souvent ces  dernières années, nous observons un débourement très précoce. En Chapelle, les premiers bourgeons se montrent dès le 7 avril! Doit-on y voir là un signe du réchauffement climatique si bien décrit par les experts du GIEC*? Il s’en suit une période où les températures montent brusquement ce qui induit une pousse très active!
La fleur dans ces conditions s’enclenche rapidement. Elle est alors, perturbée par des aléas
climatiques chaotiques. Ce temps nous oblige à un accompagnement de tous les instants, le
brûlant mildiou et le perfide oïdium se rappellent alors à notre bon souvenir. La précocité de l’année 2009 se situe à ce moment là, au niveau du caniculaire 2003!
Un certain 21 mai 2009 gravé dans nos mémoires!
Le vigneron se sait exposé et la nature revêt parfois des aspects bien cruels! Au matin de ce jeudi de l’ascension alors que je prépare mon tracteur pour passer le lendemain ce trésor de bienfait qu’est la préparation biodynamique 501, je remarque que l’atmosphère est lourde et que le ciel est très menaçant. L’orage éclate. En un instant, le paysan que je suis, se découvre vulnérable… Mes espoirs les plus fous s’évanouissent! Fort heureusement, cet orage qui nous apportera de la frayeur… 40 mm d’eau et quelques grêlons, ne sera que de très courte durée.
Les conséquences immédiates sont bien bénignes, tout juste serons-nous obligés, le
lendemain, de mettre nos bottes pour aller traiter!
L’espoir renaît mais la pression des maladies ne faiblit pas. Aurons-nous le don d’ubiquité,
saurons-nous être tout à la fois au palissage, aux labours et aux traitements? La bataille est
bien engagée mais pas encore gagnée.
Cependant, à toute chose, malheur est bon! et cette fin de floraison difficile eu un effet très
bénéfique sur nos petits raisins. Leur développement se limita et ils devinrent «millerands»!
La sortie de raisins fut généreuse, mais ils restèrent petits et concentrés… Nous étions
comblés! De plus, cette importante réserve en eau, va permettre à la vigne de mieux endurer la sécheresse que nous allions connaître au mois d’août.
L’équilibre naturel à la veille des vendanges:
La vigne connaît à partir du 7 août des conditions de développement exceptionnelles. Cette
situation permit, à la fois, une véraison rapide qui se termina autour du 15 août et une maturité lente et prolongée.
Vendredi 11 septembre, veille de vendanges, il fera beau! Notre joyeuse équipe se met en ordre de marche! En cuverie, le bourdonnement s’amplifie. Nos trieurs, contemplatifs, ne peuvent que constater le génie de cette année somptueuse! Qu’ils sont beaux et bons ces petits pinots, de
nombreuses baies sont millerandées, les peaux sont épaisses, les pépins bien lignifiés et l’état sanitaire est proche de la perfection! Oui ce millésime est marqué du sceau du 9! Pour les plus anciens on se remémore cet éclatant 29 ou ce fastueux 59! Pour les plus jeunes, ces nombreux petits raisins, nous évoquent le généreux et rayonnant 99! Il fallait bien, enfin, que les vignerons soient récompensés de tant d’efforts!
Les vinifications sont abordées avec beaucoup de sérénité. Tiens, me fait remarquer mon père, les cuves laissent apparaître une corolle d’écume d’une belle teinte, aux arômes expressifs. Il faut y voir là le signe d’un millésime solaire et généreux. L’extraction, lente et régulière, est soutenue par une fermentation très progressive. Cette cinétique fermentaire si particulière, est un phénomène distinctif que l’on remarque lorsque les baies sont «rôties» au soleil. Le sucre est en effet contenu dans les petits grains et ne se délivre que très graduellement jusqu’à la fin de la cuvaison, offrant aux vins futurs une structure fine et racée.
Aujourd’hui, ces vins en bouteilles, nous enchantent par leur naturel et leur grande complexité.
Ils sont porteurs du lien qui nous unit à notre lieu et nous invitent, dans leur grande générosité, au partage, à l’échange et à l’harmonie.

Content

Contactez nous

Tel:03 80 34 30 40
Fax: 03 80 51 86 34
Email: message@trapet.fr

53 Route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin

Mentions légales | Réalisation : Rouge Cerise