1976

Une année caniculaire

Il y a 25 ans, dame nature nous offrait un millésime hors du commun.

« Peu de millésimes, ont, comme 76 marqué l’ensemble du vignoble français d’une manière  aussi homogène, Les vins de la Côte de Nuits ont en particulier un très bel équilibre général: charnus, colorés, concentrés, ils
font preuve d’une race formidable et ne sont gâtés par aucune sensation confiturée. »
Michel Bettane
Revue du Vin de France Septembre 85

Qu’ en est-il aujourd’hui, un quart de siècle plus tard? Le vin n’est-il pas le meilleur  antidote du temps qui passe. Parcourons ensemble la petite histoire de ce grand millésime.

Le millésime 1976, est né sous un signe de feu!

La vigne connaît cette année là des conditions climatiques exceptionnelles: un printemps chaud et sec favorisant un départ rapide de la végétation et un été caniculaire accentue encore cette précocité, permettent
une évolution rapide de la maturité. Le ban des vendanges est annoncé le Lundi 3 Septembre. Les raisins sont sains, mûrs , de très petite taille et parfois rôtis. Leur saveur est assez particulière, la peau est croquante et la pulpe peu abondante est assez équilibrée.
Nous décidons de commencer le Mercredi 6 Septembre.
La vendange est coupée à un rythme soutenu, les remorques chargées de petits raisins se croisent, les cuves se remplissent. Le Jeudi 13 Septembre 1976, le bouquet indiquant la fin de la récolte est cueilli et l’équipe de vendangeurs se presse autour de la table de la paulée. Le 16 Septembre, une pluie incessante tombe sur la
Bourgogne, il pleut 60 mm en 24 heures. Fort heureusement, à l’abri dans la cuverie, nos raisins délivrent déjà leurs arômes envoûtants. Décuvés à partir du 17 Septembre, les vins de Gevrey-Chambertin sont mis en fûts.
Déjà parle-t-on de millésime du siècle (ce ne sera ni le dernier, ni le premier), ce vin si concentré presque de l’extrait nous rappelle le millésime 1961.
Sa mise en bouteille est décidée au mois de Février 1977. Le vieillissement dans le silence de nos caves peut enfin commencer.

Le feu des 76 est maintenant dompté ! *

Non, vingt cinq ans plus tard, les vins ne se sont pas brûlés les ailes au soleil.
Icare tient bon et nous sommes heureux et fiers de vous les présenter.
Les robes sont rouges intenses et profondes. Les nez très agréables, fins et intenses présentent des arômes d’épices, de musc, de sous-bois, le tout rehaussé de menthol et de moka.
En bouche, les premiers contacts se font sur un moelleux intense et dense. Ce moelleux laisse place ensuite à une acidité très plaisante, très fraîche et assez soutenue qui reste en toute en équilibre. La finale tannique, d’un
grain très feutré, est très agréable et longue. Les arômes de bouche se caractérisent par des nuances de musc, de sous-bois et d’épices.
Décidément ces vins nous surprennent encore par leur sève et leur jeunesse. De la finesse à volonté, un équilibre encore sur la fraîcheur, du volume, du panache. Les vins biens nés vieillissent bien !
*Vins dégustés au mois de Juillet 2000: Gevrey-Chambertin, Clos Prieur, Chapelle-Chambertin, Latricières-Chambertin, Chambertin et Chambertin Vieilles Vignes 1976.

Content

Contactez nous

Tel:03 80 34 30 40
Fax: 03 80 51 86 34
Email: message@trapet.fr

53 Route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin

Mentions légales | Réalisation : Rouge Cerise