1999

Générosité et complexité!

La nature généreuse de cette fin de siècle

Qui pouvait prévoir un tel millésime?. Quelques prophètes initiés à la méthode statistique, nous annonçaient à la vieille des vendanges que les records de chaleur avait été battus au mois de Septembre (ce qui était vrai), que les teneurs en sucre étaient exceptionnelles (ce qui était vérifié par le réfractomètre), que l’état sanitaire était bon (ce que je constatais tous  les jours dans mes vignes) et enfin que le nombre de raisins était supérieur à la moyenne des dernières années (ce qui était à moduler en fonction des parcelles).
Ces nombreuses vérités nous réchauffaient le coeur comme le soleil d’Austerlitz, mais prudents nous ne demandions qu’à voir et déguster ces raisins sur la table de tri.
Aujourd’hui, à la veille de leur mise en bouteille, le doute et l’anxiété de la première heure laisse la place à l’optimisme.
Assurément, les Chambertin, les Chapelle et les Latricières du domaine sont des vins bien-nés.
Mais avant de vous les dévoiler, nous avons le plaisir de vous narrer la petite histoire de ce généreux millésime.

L’ hiver 1998 arrive particulièrement vite. Contrastées, brusques et radicales, les conditions météorologiques ne nous permettent pas de progresser rapidement dans nos travaux de taille. Qu’a cela ne tienne, les sécateurs sont définitivement rangés le mercredi 17 mars 99.
Au printemps, la vigne sort rapidement de son repos hivernal. Avec cinq jours d’avance sur 98, nous observons la sortie des bourgeons en Chambertin sud le mardi 6 avril.Tout comme en 98, une nouvelle vague de froid ralentit la pousse de la vigne et aussi notre travail. Il nous faudra attendre le mois de mai pour retrouver une météo extrêmement favorable à la vigne (températures extrêmes et pluies fréquentes), la pousse est à son paroxysme avec 3 nouvelles feuilles par semaine.
Si la vigne profite de cette alternance de soleil et de pluies, le mildiou se montre lui aussi très agressif et il nous faut tout à la fois traiter, relever et recommencer.
Les premières fleurs sont repérées précocement en Chapelle-Chambertin, le lundi 1er juin. Encore un fois comme en 98, nouveau mouvement de balancier, les conditions climatiques se dégradent et la floraison très rapide sur les terroirs précoces traîne sur d’autres secteurs.
Le grossissement des baies est rapide et nos petits raisins changent de couleur dés le 5 août.
Après un comptage minutieux, nous réunissons le ban et l’arrière-ban pour constituer une équipe de vaillants vendangeurs en vert, de nombreux raisins sont alors sacrifiés sur l’autel du «terroir avant tout».
La deuxième décade du mois d’août, sans doute plus fraîche vient ralentir le cycle végétatif et apporte beaucoup de complexité aux raisins.

Cette décade est suivie d’une période exceptionnellement favorable à la maturité physiologique (degré potentiel) et phénolique (maturité des tannins) des raisins.
Avons-nous alors besoin des communiqués de presse élogieux pour nous annoncer un millésime digne de la grande lignée des années en 9.
Assurément pas, cette dernière récolte du siècle très précoce s’annonce sous les meilleurs auspices. Mais c’est sans compter des caprices de la météo. Certes, il ne pleut que la nuit, mais ce crachin nous inquiète et nous décidons de tout mettre en oeuvre pour préserver le formidable potentiel de cette récolte.
L’équipe est alors de 50 coupeurs et un hélicoptère salvateur vient sécher nos petits raisins bien dégagés par l’effeuillage et préservés par le froid.
La récolte des grands crus ne se fera qu’en fin de semaine:
le vendredi 24 septembre, délicatement et après un double tri sévère, les grappes sont mises en cuve, la transformation lente au début, puis plus tumultueuse, dégage ses effluves dans la cuverie.
Décuvés, puis entonnés au bout de quatre semaines, ces vins «nouveau-nés» donnent une impression assez proche de 1996, les vins sont ronds, complexes et marqués par des fruits bien mûrs. Mais il nous faut être patients, les 1999 évoluent lentement. La «malo» pousse au début de l’été 2000.
Aujourd’hui, à la veille de leur mise en bouteille, nous sommes sereins. Ce millésime tiendra ses promesses. Il  possède l’équilibre et la complexité nécessaires à l’épreuve du siècle prochain .

Content

Contactez nous

Tel:03 80 34 30 40
Fax: 03 80 51 86 34
Email: message@trapet.fr

53 Route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin

Mentions légales | Réalisation : Rouge Cerise