2000

Conquis de haute lutte!

Concentration, complexité et élégance

Loin des discours apocalyptiques de diseurs, certes diserts mais peu au fait de l’ art vigneron, ce millésime 2000 marque l’entrée du nouveau millénaire de façon à la fois étonnante et exceptionnelle.
Etonnante, cette année le fut à plusieurs titres: la météo primesautière et contrastée aiguisa la vigilance du vigneron. Mais les raisins tinrent bon et recomposèrent à merveille les potentialités de leur terroir.
Exceptionnels, les crus du domaine présentent une unité, une homogénéité et une tenue rarement atteinte.
Aujourd’hui, à la veille de leur grand départ vers les caves des amateurs, nous sommes fiers et heureux de vous narrer la belle histoire de ce millésime conquis de haute lutte.

Décembre 1999: la neige tombe en abondance sur nos vieux ceps de Chambertin. Nos travaux de taille attendrons une période plus clémente. Dés le mois de février, les vignerons zélés taillent et émondent cette vigne volubile. Les sécateurs sont définitivement remisés le vendredi 7 Avril 2000.
Le débourement, assez précoce est ralentit par des pluies fraiches de bonne intensité. Le développement de la végétation s’accélère et explose sous un soleil quasi estival aux mois de mai (240 heures) et juin (+61 heures/normale). Avec huit jours d’avance sur 99 (déjà trés précoce), la vigilance du vigneron reste extrême, le mildiou se montre encore plus agressif qu’en 99. Il nous faut tout à la fois traiter, relever et recommencer.
Les premières fleurs sont repérées précocement en Chapelle-Chambertin, le mardi 30 mai. La floraison est assez groupée sur l’ensemble des terroirs du domaine.
Le mois de juillet est beaucoup plus difficile, oseraiton le qualifier d’automnal? Heureusement, après la pluie le beau temps, et le mois d’août, chaud, sec et ensoleillé à Gevrey, reveille la véraison qui apparait dès le 5 Août. Certains jeunes pieds impéteux et fougueux restent encore à dompter, nous réunissons alors le ban et l’arrière-ban pour constituer une équipe de vaillants vendangeurs en vert, ces jeunes raisins sont alors sacrifiés sur l’autel du «terroir avant tout». Nouveau mouvement de pendule (de Foucault?) les températures favorable à la maturité physiologique (degré potentiel) et phénolique (maturité des tannins) des raisins du mois d’août se rafraichissent ensuite au début du mois de septembre.

Les espoirs naissent alors, espoirs d’un grand millésime bourguignon oû la fraicheur préserve la complexité de nos petits raisins.
Encore une fois, avons-nous besoin des communiqués de presse élogieux pour nous annoncer un grand millésime.
Assurément pas, cette première récolte du siècle très précoce s’annonce sous les meilleurs auspices.
Tout est mis en oeuvre pour préserver le formidable potentiel de cette récolte.
2000 marque alors une nouvelle étape dans le respect que nous portons à nos raisins. En cuverie, nous adoptons une nouvelle table de tri, nous privilegions la gravité et les pompes sont bannies.
Honneur aux Gevrey! Ces raisins seront les premiers à inaugurer le tapis…blanc de notre nouvelle installation. L’orage gronde en Côte de Beaune, des amis vignerons sont sévèrement touchés.
La récolte des grands crus se fera ensuite: le vendredi 15 septembre, délicatement , les grappes très mûres (235g/l)sont mises en cuve, la transformation lente au début, puis plus tumultueuse, dégage ses effluves dans la cuverie.
Décuvés, puis entonnés au bout de quatre semaines, ces vins «nouveau-nés» se goutent bien. Mais il nous faut être patients. La «malo» pousse au printemps 2001. Aujourd’hui, aprés une mise en bouteille soigneuse et respectueuse des cycles cosmiques, nous sommes sereins et fiers. Ce millésime tiendra ses promesses. Il possède la concentration, la complexité et l’élégance qui sied si bien aux millésimes onquis de haute lutte!

Content

Contactez nous

Tel:03 80 34 30 40
Fax: 03 80 51 86 34
Email: message@trapet.fr

53 Route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin

Mentions légales | Réalisation : Rouge Cerise